Les lundis de Wiesel: Le Dernier des Justes d'André Schwarz-Bart (Prix Goncourt 1959), comment est né ce classique de la Shoah ?

Enseignant: 
Année universitaire: 
Description: 

La question du traitement littéraire de l’Événement-Shoah a préoccupé très tôt les écrivains juifs après le massacre de leur peuple. Si la poésie ou le témoignage autobiographique ont pu réagir très rapidement à l’événement (parfois en temps réel), il n’en va pas de même du roman qui exige une composition stricte, un langage et un style propres à la littérature. Comment les mots et l’expression du monde normal peuvent-ils rendre compte de l’univers concentrationnaire et de la spécificité du massacre d’un peuple et de sa civilisation par les nazis et leurs acolytes ?

Le premier best-seller mondial qui affronte avec succès le problème de la transposition littéraire de cet événement sans précédent est Le dernier des Justes d’André Schwarz-Bart (prix Goncourt 1959), roman traduit aussitôt dans une trentaine de langues. Comment est né ce livre précurseur ? Quel était l’objectif de son auteur ? Quelles sources et quels procédés a-t-il utilisés durant les six années d’écriture et les cinq versions qui ont abouti à ce classique de la littérature de la Shoah, trop oublié aujourd’hui ? Comment André Schwarz-Bart a-t-il réussi à surmonter ses propres tabous dans son ouvrage posthume : L’Étoile du matin (2009) ?

Séance(s): 
Lundi, 3 Février, 2020 - 19:30
Référence:
LW19-12
12,00 €
Prix étudiant: 
8,00 €