Voir toutes les vidéos du colloque Résilience, Renaissance, Reconstruction

Que signifie le concept de « résilience » sur le plan psychologique mais aussi dans sa dimension historique, culturelle, sociale, spirituelle ? Simple mécanisme psychique ou plutôt modalité profonde d’expression de l’existence humaine dans l’intimité de l’être et dans les relations avec autrui ?

Nous avons essayé de répondre à ces questions d'une ardente actualité en organisant le 3 décembre 2017, le colloque "Résilience, Renaissance, Reconstruction" en l'honneur d'Elie Wiesel. Un auteur exceptionnel qui a su transmettre la grandeur et la tragédie d'un monde spirituel menacé et persécuté par la tyrannie.

Les communications de Boris Cyrulnik, Régine Waintrater, Michèle Tauber, Nathalie Zajde, Anne Juranville et Franklin Rausky, sous la présidence de Christian Hoffmann ont permis de commémorer le message du grand écrivain et de réfléchir à une question qui s'adresse à tous les citoyens du monde sans exception :  la construction d'une société de liberté et de justice, loin de la haine et de la peur. Nous avons le plaisir de vous proposer ci-dessous les vidéos de ces interventions.

Présentation du colloque par Franklin Rausky - Doyen de l’Institut Elie Wiesel Allocution d'accueil de Raphy Marciano, Directeur de l'Institut Elie Wiesel
Présentation du colloque par Franklin Rausky, Doyen de l’Institut Elie Wiesel
 
Leçon d’ouverture « De la tragédie à la reconstruction du Moi » par Boris Cyrulnik Leçon d’ouverture « De la tragédie à la reconstruction du Moi » par Boris Cyrulnik, docteur en médecine, psychiatre, psychothérapeute.
Que signifie le concept de « résilience » sur le plan psychologique mais aussi dans sa dimension historique, culturelle, sociale, spirituelle ? Simple mécanisme psychique ou plutôt modalité profonde d’expression de l’existence humaine dans l’intimité de l’être et dans les relations avec autrui ?
 
« De l’écriture comme possible réparation de l’être » par Régine Waintrater « De l’écriture comme possible réparation de l’être » par Régine Waintrater, maître de conférences à l’Université Denis-Diderot
Après les épreuves dramatiques de notre temps, marqué par la persécution, la haine, la violence, peut-on voir dans l’écriture un outil dans la réparation des existences brisées ?
 
« L’écriture d’Aharon Appefeld ou la réincarnation d’une mélodie » par Michèle Tauber « L’écriture d’Aharon Appefeld ou la réincarnation d’une mélodie » par Michèle Tauber
 
« La mémoire est-elle salutaire » ? par Nathalie Zajde « La mémoire est-elle salutaire » ? par Nathalie Zajde, Maître de conférences - Associate Professor Université de Paris VIII Saint-Denis
La mémoire est souvent présentée comme le sceau du traumatisme indélébile, imprimant dans la conscience et dans l’inconscient la blessure et la cicatrice des tragédies passées. Peut-on imaginer une mémoire salutaire, une fonction du souvenir qui aide à vivre et à se reconstruire ?
 
Dialogue à deux voix : « Penser la mélancolie du monde » avec Anne Juranville et Franklin Rausky Dialogue à deux voix : « Penser la mélancolie du monde » avec Anne Juranville, professeur émérite à l’Université de Nice Sophia-Antipolis et Franklin Rausky, Directeur des Etudes de l’Institut Elie Wiesel.
La mélancolie est l’un des grands thèmes de réflexion chez Elie Wiesel. Il trouve dans la mystique hassidique de l’Europe de l’Est de la fin du XVIIIe et du début du XIXe siècle, une méditation sur les dangers spirituels qui guettent l’être humain enfermé dans le désarroi, le malaise et l’effroi mélancoliques. Wiesel oppose la mélancolie destructive à l’inquiétude constructive : être inquiet est le propre de l’homme en posture de création.