Persécutions et sauvetage des Juifs en France sous Vichy 1940 à 1944

Enseignant: 
Année universitaire: 
2018-2019
Modalités: 
Description: 

Premier sujet :

 

Persécutions et sauvetage des Juifs en France sous Vichy 1940-1944

 

En 1940 vivaient en France environ trois cent trente mille juifs, (français et étrangers). Environ 75 % de ces Juifs ont eu la vie sauve en France et ont pu échapper à la déportation et à l’extermination. C’est une proportion particulièrement élevée en comparaison à d’autres pays. Comment comprendre cette singularité du cas français, puisque Vichy collabore à la politique d’exclusion et de déportation des

Juifs ? Au terme d’une enquête de plus d’une dizaine d’années et la publication de plusieurs ouvrages sur le sujet, Limore Yagil propose des explications, des exemples de cas de figure qui peuvent éclaircir ce paradoxe. Précisons que ces exemples ne se limitent pas aux cas des Justes parmi les nations, reconnus pour leurs actes courageux par Yad Vashem.

 

•           Situation des Juifs en 1940 et la mise en application de la politique antisémite de Vichy et des autorités allemandes.

•           Les solidarités des petits gestes : médecins, assistantes sociales, instituteurs, paysans, scientifiques, universitaires.

•           Les réseaux de sociabilité : CIMADE, réseaux catholiques, réseaux protestants, Croix-Rouge, O.S.E ;  réseau Abadi, réseau Garel, réseau André etc.

•           L’entraide spontanée dans différentes localités : l’exemple des villages refuge.

•           La désobéissance civile de certains fonctionnaires : policiers, gendarmes, maires, secrétaires de mairies, préfets.

•           Les résistants et le sauvetage des Juifs

•           Singularité de la France de Vichy dans l’Europe nazie : un nouveau regard.

 

 

Bibliographie

Limore Yagil, Chrétiens et Juifs sous Vichy : sauvetage et désobéissance civile, Cerf, 2005.

Limore Yagil, La France terre de refuge et de désobéissance civile 1936-1944 : sauvetage des Juifs, Cerf, 2010-2011, 3 tomes, (1200 pages)

Limore Yagil, Le sauvetage des Juifs dans l’Indre-et-Loire, Maine-et-Loire, Sarthe, Mayenne, Loire-Inférieure, 1940-1944, Geste éditions, 2014.

Jacques Semelin, Persécutions et entraide dans la France occupée, Seuil, 2013.

Patrick Cabanel, Histoire des Justes en France, Armand Colin, 2012.

 

 

 

 

Second Sujet :

 

Artistes juifs et non juifs en France de 1920-1947 : relations et engagements

 

Paris est la capitale culturelle dans les années d’avant 1940. Son effervescence culturelle et artistique est reconnue dans le monde entier et des artistes du monde entier arrivent pour y parfaire leur formation et pour y rester. Parmi ces artistes, de nombreux juifs qui fuient leur pays d’origine : la Russie, la Pologne, la Hongrie, l’Ukraine, puis ensuite l’Allemagne et l’Autriche. Comment vie cette communauté artistique en France ? Quelles sont les relations entre musiciens, peintres, danseurs, cinéastes, acteurs, chanteurs, compositeurs, etc, juifs et non juifs dans le contexte des années 1920-1940. Avec l’occupation de la France en 1940 par les Allemands, et l’instauration du régime de Vichy, nombreux artistes juifs ou étrangers sont internés, interdits de travail et sont obligés de se cacher, ou de quitter la France. Que deviennent ces nombreux artistes sous l’Occupation ? Contrairement à une idée reçue, un grand nombre des artistes juifs ont survécu en France, avec l’aide d’autres artistes. Comment, dans quelles conditions, dans quelles localités ? C’est l’histoire de cette solidarité entre artistes qui est mis en avant dans ce cours, basé sur une documentation d’archives exceptionnelle et sur la publication inédite de Limore Yagil.

•           Paris capitale culturelle 1918-1939

•           Le contrôle  du champ artistique sous l’Occupation par Vichy et par les autorités allemandes.

•           Musique, théâtre et cinéma en zone occupée.

•           Peintres, acteurs, cinéastes  et musiciens  en zone libre.

•           L’exil des artistes vers les Etats-Unis, la Suisse et la Palestine.

•           Réflexion sur le rôle de l’artiste – Juif et non Juif dans la société française.

 

Bibliographie

Limore Yagil, Au nom de l’art 1933-1945 : exils, solidarités et engagements, Fayard, 2015.

Amaury du Closel, Les Voix étouffées du III° Reich. Entartete Musik, Edit Actes Sud, 2005.

Myriam Chimènes (ed) La Vie musicale sous Vichy, Edit Complexes, 2001.

Hector Feliciano, Le musée disparu. Enquête sur le pillage des œuvres d’art en France par les nazis, Edit Austral, 1995.

Varian Fry, Livret sur demande. Quand les artistes, les dissidents et les juifs fuyaient les nazis (Marseille 1940-1941), Edit Agone, 1997.

Hervé Le Boterf, La vie parisienne sous l’Occupation, France-Empire, 1997.

Informations complémentaires: 

4 séances d'1h30

Séance(s): 
Mercredi, 15 Mai, 2019 - 19:00
Mercredi, 22 Mai, 2019 - 19:00
Mercredi, 29 Mai, 2019 - 19:00
Mercredi, 5 Juin, 2019 - 19:00
Référence:
D18-6
Prix: 
50,00 €
Prix étudiant: 
25,00 €