Mémoire collective et histoire de la Shoah

Enseignant: 
Année universitaire: 
2018-2019
Modalités: 
Description: 

On a longtemps pensé que la catastrophe juive délégitimerait pour toujours l'antisémitisme en dépit  des pogroms perpétrés en Ukraine et en Pologne en 1945 et 1946. Comme on a longtemps pensé que l’enseignement rigoureux de l'histoire de la Shoah endiguerait la barbarie antijuive, ce que dément pourtant la situation française actuelle. 

 Depuis longtemps, en Occident, le judéocide a débordé le cadre des communautés juives pour devenir un événement culturel dont la nouvelle centralité suscite interrogations et critiques. Et éveille (voire réveille) un sentiment de saturation dont on oublie qu’il fut souvent concomitant de l’événement lui-même.

Or, paradoxalement, cette centralité, souvent nourrie d’émotion et de slogans incolores (du

“ plus jamais ça” aux  “heures les plus sombres de notre histoire”) a fini par nous empêcher de penser le présent et de comprendre qu'il est gros de tragédies par définition inédites.  Comme elle a parfois gêné le regard historien porté sur l’évement. Comme elle a facilité aussi une instrumentalisation destinée à nourrir toutes sortes de causes. Et finit fréquemment, dans le “grand public”, par y enfermer tout entière l'histoire des mondes juifs.

Enfin, dans des sociétés de plus en plus multiculturelles  et fragmentées, la mémoire de la Shoah entretient une jalousie mémorielle qui alimente les communautarismes dont certains sont tentés de réduire le souvenir de cette tragédie à une  “religion civile” synonyme de défense de l'ordre établi.

Comment en est-on arrivé là ?

C'est à ces questions politiques et culturelles, qui portent aussi sur la place du génocide dans la construction de la mémoire nationale en France et en Israël, qu’invite ce cycle de quatre conférences.

 

Bibliographie :

 

Jean Améry, Par-delà le crime et le châtiment, Actes Sud, 1995.

Georges Bensoussan, Auschwitz en héritage ? D'un bon usage de la mémoire, Fayard/Mille et une nuits, 2003

Georges Bensoussan, L'histoire confisquée de la destruction des Juifs d'Europe. Usage d'une tragédie, Presses universitaires de France, 2016.

Imre Kertesz, L’Holocauste comme culture, Actes Sud, 2009

Primo Levi, Les naufragés et les rescapés. Quarante ans après Auschwitz, 1989, Arcades, Gallimard.

Tom Ségev,  Le Septième million. Les Israéliens et le génocide, Liana Levi, 1993

Informations complémentaires: 

4 séances d'1h30

 

Séance(s): 
Mardi, 22 Janvier, 2019 - 19:00
Mardi, 29 Janvier, 2019 - 19:00
Mardi, 5 Février, 2019 - 19:00
Mardi, 19 Février, 2019 - 19:00
Référence:
D18-2
Prix: 
50,00 €
Prix étudiant: 
25,00 €